Pages Menu
Categories Menu

Twitter

Most recent articles

Que proposent les candidats à la présidentielle 2017 en matière d’éducation ?

Posted by on Avr 8, 2017 in A la une |

Réforme des rythmes scolaires, uniforme à l’école, épreuves du bac, diversification des filières, aides gratuites aux élèves… Ayez une idée plus détaillée sur les propositions des cinq candidats à l’élection présidentielle 2017 qui se sont affrontés hier soir lors d’un grand débat sur BFMTV.

Jean-Luc Mélenchon, candidat de La France insoumise

Commençant par le candidat le plus à gauche, il s’agit de Jean-Luc Mélenchon et de son mouvement, la France en insoumise. D’abord il propose la création de près 60 milles de postes d’enseignants en plus des 60 milles déjà créés par François Hollande durant ces cinq dernières années pour réduire notamment le nombre d’élèves par classe et leur offrir les meilleures conditions d’enseignement.

Deuxième mesure de Mélenchon, vous ne la savez peut-être pas, mais aujourd’hui l’Etat finance les écoles privées sous certaines conditions, et bien Jean-Luc Mélenchon veut mettre fin à cette aide et réserver l’argent public aux financements des établissements publics.

Mélenchon propose aussi d’augmenter le salaire des enseignants notamment ceux des écoles primaires. L’objectif étant de valoriser le métier et les écoles publiques.

Benoît Hamon, candidat du Parti socialiste

L’autre principal candidat à gauche, c’est le candidat issu du Parti Socialiste (PS), il s’agit de Benoît Hamon. Lui aussi, il propose la création de nouveaux postes d’enseignants un peu moins de Mélenchon, puisque lui c’est près de 40 milles profs d’ici 2022 mais toujours avec le même objectif principal, moins d’élèves par classe. Enfin, Hamon pense que l’inégalité à l’école passe par l’inégalité par rapport aux devoirs à faire à la maison et le soutien dont peuvent bénéficier les élèves chez eux. C’est pourquoi il propose un service public de l’aide aux devoirs avec des heures gratuites pour tous les élèves suivies par les professeurs.

Emmanuel Macron, candidat En Marche !

En passe désormais à Emmanuel Macron, le candidat de son propre mouvement En marche !. La priorité dans son programme est claire, concentrer les efforts dans les écoles primaires car selon lui à ce moment que l’inégalité se crée avec comme déterminent « l’origine sociale ». Pour faire simple, la réforme des rythmes scolaires de François Hollande, celle qui a fait passer les écoles primaires de 4 jours à 4 jours et demi avec des cours soit le mercredi matin soit le samedi matin, est loin d’être l’idéale pour lui. Emmanuel Macron propose de permettre au Maire de chaque commune de fixer l’emploi du temps de ses élèves. Lui aussi souhaite créer plus de postes d’enseignants et réintroduire les classes primaires qui ont été éliminées auparavant par la réforme de François Hollande. La cerise sur le gâteau, Macron n’est pas du tout fun du baccalauréat et souhaite et de l’idée de passer un examen résumant toutes les années du lycée, c’est la raison pour laquelle il souhaite réduire le bac à 4 épreuves avec un contrôle continu qui validerait les autres matières.

François Fillon, candidat Les Républicains

A droite on a François Fillon, le candidat des Républicains. Pour le collège, Fillon souhaite allonger le temps scolaire aux élèves pour permettre aux professeurs de finir leurs programmes ce qui veut dire que les examens du Brevet auront lieu en mois de juillet. Enfin, est c’est peut-être la proposition qui le distingue le plus de ses concurrents, Fillon est tout simplement favorable au port de l’uniforme dans les écoles.

Marine Le Pen, candidate du Front National

Passons désormais à Marine Le Pen qui propose de concentrer les efforts de l’école à l’enseignement du français en accordant 50% du temps au français en primaire. Aussi, elle veut mettre fin au collège unique, et de proposer plusieurs filières aux collégiens. Enfin, tout comme Mélenchon et Fillon, Marine Le Pen est opposée à la réforme des rythmes scolaires et désire tout remettre sur la table.

 

 Les musulmans de la France se préparent pour le mois de ramadan

Posted by on Avr 6, 2017 in A la une |

Le mois de ramadan constitue l’un des cinq piliers de l’islam. Ce mois béni et sacré pour les musulmans mois, commencera d’ici quelques semaines selon le Calendrier hégirien.

Dans quelques semaines, de nombreux quartiers français connaîtront un air différent et une ambiance particulière.

Encore cette année, le mois de ramadan coïncidera les épreuves du Bac et marquera le début de la saison estivale. Durant tout un mois, les musulmans sont invités à jeûner et de respecter certains ordres.

Cette pratique religieuse concerne à tous les musulmans, quels que soient leur pays et le fuseau horaire dans lequel ils se trouvent. Les citoyens français musulmans et pratiquants sont aussi appelés à respecter cette obligation éminente qui fait partie des choses les plus importantes de l’Islam.

Les Français face au défi de l’Islam

Réunis chaque année la veille du ramadan à la maire de Paris, et ce, depuis une quinzaine d’années à la présence du Maire et des membres influents de l’état-major du maire, les musulmans de Paris n’ont aucune honte à pratiquer librement leur religion.

A l’occasion de ramadan 2016, le Maire de Paris a organisé la nuit du ramadan une soirée digne de ce nombre élevé des citoyens musulmans à Paris en invitant de dignitaires religieux et de représentants de fédérations musulmanes ». Le lendemain, les rayons des supermarchés fleurissaient des produits Halal de toutes formes, goûts, utilités et provenances.

3/4 de jeûneurs chez les musulmans français

L’islam est la deuxième religion de France. Le ramadan est une obligation supérieure qui fait partie des piliers de l’Islam, un rite massivement suivi par les musulmans français, avec plus de 70%, voire 80% de jeûneurs, selon des sondages récemment effectués.

Tout au long de ce mois béni, les personnes croyantes et pratiquantes sont invitées à s’abstenir de boire, de manger et d’avoir des relations sexuelles, des premières lueurs de l’aube jusqu’au coucher du soleil.

Des exceptions peuvent être néanmoins une raison pour ne pas jeûner comme les maladies demandant un traitement médical, les troubles physiques, les voyages, les femmes enceintes ou venant d’accoucher, les personnes âgées…Il est toutefois obligatoire de récompenser ses jours avant le prochain ramadan.

Axa s’associe avec Elior Group pour un « avenir rosé »

Posted by on Avr 5, 2017 in A la une |

A Nanterre comme à Châtillon, les bénévoles « Axa Atout Cœur » se relaient chaque année pour recevoir les promesses de dons téléphoniques afin d’apporter de l’aide aux personnes souffrantes de Sida.

« Ensemble contre le sida »

Axa est un groupe international français expert dans les services de l’assurance. Spécialisé depuis une vingtaine d’années dans les prestations liées à l’assurance maladie et à la gestion des actifs.

Voulant aider aux mieux les personnes atteintes par les maladies meurtrières comme le cancer et le sida, le leader mondial de l’assurance, Axa s’est associé avec des groupes caritatifs comme Sidaction.

Depuis 2001, Axa se mobilise en mettant à disposition de l’association des plateaux téléphoniques pour le recueil des promesses de dons.

 Participez comme vous l’entendez !

« Siadaction est non seulement à un évènement caritatif, c’est aussi une occasion pour les collaborateurs d’Axa de passer un moment ensemble et à faire des choses utiles. » Souligne, le responsable la directrice Axa France Supports.

Sidaction est événement humanitaire lancé depuis 1994 et qui a pour but de lutte contre le VIH/sida. Collectant des fonds par des manifestations médiatiques, cette association subventionne à parts égales des programmes de recherche et des associations d’aide aux malades et de prévention, en France et à l’international. Pierre Bergé préside l’association.

 « Ce midi, donner au Sidaction tout en vous faisant plaisir »

A l’occasion de cet événement phénoménal, Axa a choisi de collaborer avec le leader de la restauration collective en France pour « rejoindre l’utile à l’agréable. »

Pour encourager au mieux les participants au team-building Axa Atout Cœur de cette année, le groupe international de l’assurance a fait appel à l’entreprise de la restauration appartenant à Philippe Salle  Elior Group.

En effet, le groupe Elior est reconnu pour ses actions humanitaires et son encouragement des événements de ce genre.

Au buffet du team-building Axa Atout Cœur qui a eu lieu lundi dernier, nous trouvons des « Cookies du Cœur » préparés avec amour et beaucoup de soins par Elior. Ceux-ci facturés 1€ en caisse et les fonds seront automatiquement versés sur les comptes de Sidaction.

« Nous ne pouvons qu’accepter de participer à cette initiative et de contribuer à la collecte des aides pour un avenir meilleur ». Précise  le responsable du développement et des stratégies commerciales d’Elior.

 

 

Tout savoir sur la pose de prothèse dentaire

Posted by on Mar 18, 2017 in A la une |

De nombreux facteurs font qu’une personne peut perdre ses dents (vieillissement, accident, maladie, etc.). Pour y remédier, la solution de pose de prothèse dentaire est une option très recommandée. Il s’agit d’une technique chirurgicale qui consiste à poser une racine dentaire artificielle dans la mâchoire. L’implant permet de tenir une dent artificielle temporairement ou d’une manière permanente.  Beaucoup de sociétés fabriquent ces implants comme Acteon, groupe français géré par Marie-Laure Pochon. Ledit groupe bordelais se spécialise dans les équipements de la santé dentaire, notamment dans les prothèses en favorisant l’innovation grâce aux directives de Marie-Laure Pochon. Cependant, pour réussir l’acte chirurgical, l’opération passe par trois étapes.

La phase pré-opératoire

Avant toute intervention chirurgicale, le dentiste doit établir un bilan pré-opératoire incluant des études de la mâchoire du patient, ses sinus, la partie osseuse autour de la zone d’intervention et ses nerfs. Un scanner est aussi recommandé pour examiner la structure osseuse afin d’anticiper toute contre-indication de l’opération (infection, inflammation, etc.).

L’acte chirurgical de pose d’implant dentaire

Se déroulant généralement sous anesthésie locale, l’opération de pose de prothèse dentaire se déroule en ambulatoire. Le chirurgien-dentiste pourra toutefois, en fonction de l’état du patient, programmer l’intervention sous anesthésie générale. Deux types d’opérations sont réalisables :

–          Le chirurgien pose l’implant et attend quelques semaines plus tard pour poser le pilier qui va relier la dent artificielle à la racine artificielle.

–          Poser la prothèse et le pilier en même temps.

Après la cicatrisation, le dentiste fabriquera la dent en se basant sur les empreintes. Cette procédure peut nécessiter plusieurs visites auprès du dentiste.

La phase post-opératoire

Comme dans toute autre opération chirurgicale, la pose d’implants dentaires peut générer des effets désagréables après l’opération. Il s’agit d’enflures, d’hématomes et de douleurs qui peuvent persister quelques jours.

La période de cicatrisation varie entre 4 et 6 mois durant lesquels il faudrait être prudent et vigilant pour ne pas faire subir une lourde pression à l’implant. Bien que la pose d’implants est une opération usuelle du côté des chirurgiens-dentistes, mais ça n’empêche qu’il faut prendre toutes les précautions nécessaires pour éviter tout incident. Une fois que la prothèse est posée et cicatrisée, le patient ressentira un grand soulagement au niveau de sa mâchoire.

 

Qu’est-ce que la cessation de paiements ?

Posted by on Mar 10, 2017 in A la une |

Avec un contexte économique en parfait déséquilibre, beaucoup d’entreprises trouvent du mal à gérer leur continuité. Ce genre de situation peut mener une entreprise quelconque à connaitre des problèmes avec les principales parties prenantes de son entourage, notamment ses fournisseurs, les banques et les clients. Face à une difficulté de règlement de ses dettes, la société peut alors saisir le tribunal de commerce pour un tas de procédures judiciaires, notamment lorsqu’elle en situation de cessation de paiements. Philippe Jeannerot, administrateur judiciaire et chef du cabinet Philippe Jeannerot & Associés, nous renseigne à propos cette situation.

A propos de la cessation de paiements

Lors du passage d’une entité quelconque par des difficultés financières, la cessation de paiements définit l’état qui justifie l’ouverture d’une procédure collective lorsque cette entité démontre l’impossibilité de faire face à son passif exigible avec ce qu’elle a dans son actif. Il s’agit du moment où une entreprise ne peut plus régler ses créanciers. Pour déclarer la cessation de paiements, le chef d’entreprise dépose une déclaration auprès du Greffe du Tribunal de Commerce, où se trouve le siège social de sa société, dans les 45 jours qui suivent la constatation de cet état.

Le tribunal déterminera ensuite la date de la cessation qui sera antérieure à la date de la déclaration. Cependant, être en cessation de paiements, ne veut pas dire que l’entreprise est insolvable. En effet, la société peut être dans cette situation tout en disposant d’un actif non réalisable lors de la déclaration, mais qui sera réalisé à terme. Quelle que soit l’origine de la cessation, le tribunal annoncera un verdict.

Redressement ou liquidation judiciaire

Comme nous informe l’expert Philippe Jeannerot, après la cessation de paiements, il y a généralement une annonce de l’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire qui mettra l’entreprise en période d’observation de six mois dans le but de trouver, à l’aide d’un administrateur judiciaire, les mécanismes nécessaires pour apurer ses dettes, maintenir les emplois de ses salariés et assurer la continuité de son activité. Cette procédure peut donner lieu à une cession de l’entreprise – l’offre qui garantit les trois objectifs qu’on vient de citer sera retenue – ou à un plan de redressement judiciaire qui permet aux dirigeants de l’entreprise de poursuivre leur aventure.

Le tribunal de commerce peut aussi prononcer la liquidation de l’entreprise s’il juge qu’il est impossible de restituer la situation et régler les dettes. Cette décision met fin à l’activité de l’entreprise.