Pages Menu
Categories Menu

Twitter

Most recent articles

Le contrôle de gestion

Posted by on Juil 29, 2017 in A la une |

La gestion dans la grande distribution :

les systèmes élaborés par les grandes surfaces se distinguent du modèle industriel.

Techniquement, les systèmes de contrôle de gestion dans le commerce du détail, sont simples et peu coûteux.

Le système de suivi des rentabilités et des coûts se développe d’une manière relativement autonome, grâce aux deux systèmes de comptabilité interne, l’une se concentre sur les produits, et l’autre sur les responsabilités.

Ce système permet donc de savoir la contribution des différents centres de profits et l’autre de mesurer la rentabilité par produit.

L’ensemble de la comptabilité de responsabilité est caractérisé par sa simplicité.

Lorsque des répartitions sont effectuées, elles portent sur les grandes masses comme la publicité et les frais du siège… elles utilisent des clés simples.

Ces résultats sont utilisés à titre informatif pour les responsables.

Le système de mesure de la performance utilise des critères multiples, il s’agit d’un système différencié.

Pour mettre l’accent sur l’activité et la productivité commerciale, le responsable utilise des tableaux de bord fournis aux opérationnels .

Le système lié au contrôle de gestion se caractérise par sa légèreté, dans le cas où, les systèmes informatiques qui sont associés à la gestion des ventes et des stocks sont très puissants. Ils utilisent souvent des logiciels spécifiques.

Le rythme de progression dans la carrière constitue la principale sanction des performances qualitatives.

La première étape à faire, c’est de savoir identifier les besoins spécifiques générés par l’activité de distribution, ça peut être des solutions informatiques différentes.

Jean-Charles Naouri, le dirigeant du groupe casino, met en place les meilleures techniques pour son contrôle de gestion dans son établissement, il l’utilise comme un outil qui lui permet de consolider les acquis.

Casino utilise de diverses techniques de contrôle de gestion pour mesurer la performance, piloter l’activité et prendre des actions correctrices.

La gestion type d’une grande surface:

Dans le domaine de la grande distribution, le travail est divisé en tâches.

Chaque métier joue un rôle fondamental au magasin, quelle que soit sa tâche, il participe à l’évolution du magasin.

le directeur du magasin :

Le directeur du magasin, c’est lui qui gère l’ensemble des activités de la grande surface et prend les décisions concernant les rayons, les produits…

Il valorise les articles demandés et ceux qui ont du mal à se vendre.

Il supervise tous les travaux mis en place dans le magasin, c’est lui aussi qui décide en ce qui concerne les offres proportionnelles et les animations qui dopent les ventes.

Il se charge également des stocks et des commandes.

Sa tâche essentielle est de gérer la gestion et la comptabilité de son commerce.

Le gestionnaire d’approvisionnement :

Il assure les relations avec les fournisseurs au sein de la grande surface.

Sa fonction est de s’assurer de la marchandise livrée, il ajuste les prévisions de réception aux prévisions de vente, il fait également l’étude du marché, car il y a des produits qui dépendent de la saisonnalité.

Le caissier :

Il effectue la saisie des prix par procédés de lecture optique, il est généralement le seul contact avec le client, c’est pour ça, il doit être présentable et souriant pour donner une bonne impression.

La cour suprême

Posted by on Juil 29, 2017 in A la une |

Dans certains pays, la juridiction la plus élevée porte le nom de la cour suprême.

Le tribunal suprême de Monaco se situe au sommet de la pyramide judiciaire monégasque.

Ce tribunal veille à la conformité des lois, il résout les conflits des droits privés.

Les principales branches des droits privés sont : le droit civil, le droit social (droit du travail et sécurité sociale) et le droit des affaires (droit commercial, …).

Le juge judiciaire est le protecteur des libertés individuelles, il garantit la propriété privée.

La cour suprême joue le rôle de jugement dans la procédure de destination du chef de l’Etat.

Organisation judiciaire monégasque :

Le tribunal suprême de Monaco, la cour de révision, la l’Égalité devant la loi :cour d’appel, le tribunal criminel et le tribunal de première instance.

Droit à la vie :

Didier Linotte, le président du tribunal suprême de Monaco, est contre la violation des droits et encourage l’égalité entre tous les citoyens.

Son tribunal est fondé sur des principes démocratiques.

Le droit à la vie restaure la liberté, c’est la source de tous les droits.

Chaque personne a un droit au travail, à l’éducation, droit à la propriété privée et surtout à une couverture sociale.

“Un droit”, c’est le principe qui définit la liberté d’action de l’homme.

La procédure devant la cour :

Les procédures civiles constituent l’ensemble des règles de droit et un litige soumis à une juridiction.

La procédure représente l’organisation du procès, elle a pour objet d’organiser le déroulement des procès des droits privés.

Son objectif est de mettre fin à un litige en utilisant la décision de la justice.

Pour le bon déroulement du procès, il faut la présence de cinq points essentiels :

La demande en justice, l’instruction du procès, le jugement, la contestation du jugement et l’exonération.

Les caractères de la procédure civile :

La procédure doit être technique et bien ordonnée.

Elle est formaliste et impérative ( l’acte doit se plier à des formalités), elle est au service du droit substantiel.

La procédure civile débouche sur un acte juridictionnel.

Les juges :

Les juges dans les tribunaux doivent être indépendants.

Ils ne doivent jamais dépendre des autres pouvoirs, ni de l’exécutif, ni du législatif.

Le juge est l’acteur principal de la justice, c’est pour ça, il doit être digne de confiance.

Cette indépendance est garantie par l’Etat, elle est énoncée dans la législation nationale.

L’organisation, la compétence et le fonctionnement des tribunaux sont fixés par la loi.

Égalité devant la loi :

Tous les citoyens doivent être traités de la même façon devant la loi.

La déclaration des droits de l’homme affirme le principe d’égalité dans son premier article

“ Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits”.

Elle représente le principe de la démocratie.

Tous les individus ont droit à une protection de la loi “ toutes les personnes sont égales devant la loi et ont droit sans discrimination à une égale protection de la loi”.

Donc, ici, on parle d’égalité de droit et de résultats.

Quelle formule choisir pour rémunérer les cost-killers

Posted by on Juin 22, 2017 in A la une |

Les conditions actuelles du marché ont poussé les entreprises à se faire aider par des chasseurs de couts exceptionnels, dans l’objectif de maintenir la compétitivité et la rentabilité de l’activité sur le long terme. Mais quelle est la bonne formule à adopter pour rémunérer ces cabinets de cost-killing.

Engager un cost-killer

En temps de crises, les chefs d’entreprises cherchent principalement à réduire leurs coûts pour assurer la continuité et la pérennité de l’activité sur le long terme. Plusieurs sociétés ont fait appel aux services de cabinet de maitrise de coûts comme ERA ou encore le groupe Double V conseil.  Ces chasseurs de coûts vont agir pour le compte de leurs clients, en traquant les coûts superflus. Il s’agit d’un véritable audit qui vise à identifier et classer les différentes charges pour apporter les corrections nécessaires.

L’entreprise devra donc suivre une politique anti-gaspillage, en rationnalisant ces dépenses et en négociant les contrats d’abonnement et autres qui permettent de dégager des économies sur le long terme.

Plusieurs directeurs hésitent encore à engager ces acteurs d’optimisations des coûts. Ceci est lié principalement à l’incertitude du résultat et des montants nécessaires pour rémunérer ces opérateurs.

Quelle est la formule à choisir ?

En faisant appels aux services des experts en optimisation de couts, les directeurs sont souvent indécis, sur la formule à appliquer pour rémunérer leurs prestataires. Sur le marché, ces cabinets offrent à leurs clients trois modalités de paiement : paiement au résultat « success fees », paiement selon un forfait préfixé, ou un mixte de ces deux formules.

Concernant le success fees, la société doit verser une commission à son prestataire selon les résultats ou les économies qu’il a dégagé. Généralement cette commission est évaluée à 50 %, un taux négociable et qui dépend de la nature de la mission. Les chefs d’entreprises, doivent évaluer la portée de ce mode de paiement à travers des prévisions budgétaires sur les écoomies que ces cabinets peuvent générer. Il est important de faire jouer la concurrence et de négocier pour trouver le taux qui va avec les objectifs fixés.  « Les bases de calcul des économies obtenues doivent être spécifiées très clairement dans le contrat et les variations budgétaires prises en compte », explique Michaël Bensoussan, consultant senior auprés Factea.

Pour le paiement au forfait, le client verse un montant bien déterminé, une sorte de forfait journalier à son prestataire.

« Il est rare de ne pas optimiser les dépenses d’une entreprise. Mais pour éviter une mauvaise surprise, mais surtout pour travailler en totale confiance avec nos clients, nous ne nous rémunérons qu’en fonction des économies que nous faisons faire à nos clients. Plus ils gagnent, plus nous gagnons, c’est une stratégie gagnant-gagnant, cela favorise la relation commerciale. », explique le fabricant d’économie.

Qui est Emilie Broussouloux

Posted by on Juin 17, 2017 in Monde en images |

Thomas Hollande, l’avocat des salariés de Tati, c’est affiché vendredi 26 mai dernier au côté de la magnifique journaliste Emilie Broussouloux sur les marches du festival de cannes, en compagnie de sa maman Ségolène Royal. Depuis quelques mois, la journaliste apparait de plus en plus régulièrement au côté de l’avocat de 32 ans. Qui est cette journaliste de 26 ans qui suscite la curiosité des journalistes ?

Journaliste avant tout

Originaire de Brive la gaillarde en Corrèze, Emilie Broussouloux a décroché son diplôme de journalisme de l’Ecole supérieur de journalisme de Paris, avant d’entamer son expérience professionnelle en 2013, sur iTélé et direct 8 en tant que stagiaire. Pour passer par la suite à rédactrice pour le JT sur M6 et intégrer ensuite canal pour l’émission Infosport+. Son envie de devenir journaliste, elle la doit à la présentatrice de télévision Maya Lauqué qui un jour est venu parler de son métier dans la classe d’Emilie Broussouloux quand cette dernière était en seconde.

Mais aussi sportive

Passionnée par le rugby depuis son jeune âge, et sportive en pratiquant tous les sports possibles tennis, gym running, et soutenant le club de rugby de sa ville d’origine, Emilie Broussouloux a toujours préféré présenter les émissions de sport, en effet en 2015 sur France 2 a présenté Stade 2, et puis dans Télématin et France info pour présenter le JT du sport. Durant les Jeux olympique de Rio, elle a commenté les exploits de nos champions sur France 2, elle collabore encore avec BFM TV ainsi que SFR sport.

Depuis novembre 2016, Emilie a officialisé sa relation avec le fils de l’ancien président de la République et semble depuis filer le parfaite amour.

Thomas Hollande l’un des avocats représentant les salariés de Tati, est au cœur de l’actualité. En effet, l’enseigne Tati est en redressement judiciaire depuis début mai, le tribunal de commerce a désigné un administrateur judiciaire. Même ci des offres de reprises se sont manifestés, les salariés s’inquiètent de leur sort puisque aucune offre n’a proposé la reprise de la totalité des magasins. C’est pour cette raison que le talentueux avocat de 32 ans, a accusé la loi Macron 2015, d’être la seule responsable des inquiétudes des salariés, vu que cette loi permet au groupe ERAM d’éviter sa responsabilité envers ses filiales et de supprimer les plans de sauvegarde d’emploi. Une affaire très médiatisée, dans laquelle Thomas Hollande n’a pas hésité de demander au nouveau président d’intervenir et de mettre la pression à la société mère pour reprendre les salariés qui ne seront pas concernés par les offres de reprise. Le tribunal avec l’aide de son administrateur judiciaire, examinera les offres de reprise le 19 juin prochain.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A quoi servent les labels des produits alimentaires ?

Posted by on Mai 5, 2017 in A la une |

Il est quasiment impossible de connaître le nom des fournisseurs, la provenance des matières premières et les ingrédients des produits que nous consommons…  Pourtant, c’est primordial afin de s’assurer de la traçabilité et la qualité du produit. C’est le but de certains labels en France.

Les logos de labels que plusieurs marques utilisent pour agrémenter leurs emballages et renforcer leurs ventes prouvent qu’il s’agit d’un produit contrôlé et d’une qualité optimale garantie par les leaders mondiaux.

En effet, ce qui intéresse les organismes certificateurs, c’est la qualité des matières premières, la santé du consommateur et les résultats qu’ils obtiendront en utilisant ces aliments.

Afin de vous aider à faire vos courses et vous repérez dans la jungle de produits, la grande distribution a une idée pour vous guider dans vos choix, les labels. Il y en a partout.

Label rouge, AOC, Elu produit de l’année, Elu saveur de l’année, Meilleurs Rapports Qualité Prix (MRQP®), label équitable…mais que signifient-ils ?

Le label rouge, il s’agit d’un signe officiel qui obéit à un strict cahier des charges dans lequel nous trouvons tout ce qui concerne les matières premières, les conditions d’élevage, les ingrédients, l’alimentation des animaux…ainsi qu’un test gustatif qui a été vérifié par le pouvoir public et régulièrement contrôlé par les organismes certificateurs indépendants.

Les différents labels des produits alimentaires

AOC, il s’agit d’un signe d’origine officiel qui signifie « Appellation d’Origine Contrôlée » ce qui veut dire que tout produit portant cette certification a été produit et transformé dans une région précise qui est indiquée sur l’étiquette.

Elu produit de l’année, désigne que chaque produit portant ce logo a été choisi par un panel de consommateurs et qu’il a réussi les tests de dégustation et de qualité.

Très présent dans les rayons et dans les pubs, le label Elu saveur de l’année est une certification qui a été attribuée par un jury composé de 120 consommateurs qui a jugé que ce produit jouit de la qualité et de la saveur qui lui permet d’être Saveur de l’année.

Le signe Agri Confiance prouve que le produit portant ce logo jouit d’une certaine qualité au niveau de l’environnement.

Pour ceux qui s’intéressent au prix autant que pour la qualité d’un produit, nous leur conseillons le référentiel Meilleurs Rapports Qualité Prix (MRQP®) qui garantit à la fois la qualité optimale et le prix imbattable.