Pages Menu
Categories Menu

Posted by on Avr 8, 2017 in A la une |

Que proposent les candidats à la présidentielle 2017 en matière d’éducation ?

Que proposent les candidats à la présidentielle 2017 en matière d’éducation ?

Réforme des rythmes scolaires, uniforme à l’école, épreuves du bac, diversification des filières, aides gratuites aux élèves… Ayez une idée plus détaillée sur les propositions des cinq candidats à l’élection présidentielle 2017 qui se sont affrontés hier soir lors d’un grand débat sur BFMTV.

Jean-Luc Mélenchon, candidat de La France insoumise

Commençant par le candidat le plus à gauche, il s’agit de Jean-Luc Mélenchon et de son mouvement, la France en insoumise. D’abord il propose la création de près 60 milles de postes d’enseignants en plus des 60 milles déjà créés par François Hollande durant ces cinq dernières années pour réduire notamment le nombre d’élèves par classe et leur offrir les meilleures conditions d’enseignement.

Deuxième mesure de Mélenchon, vous ne la savez peut-être pas, mais aujourd’hui l’Etat finance les écoles privées sous certaines conditions, et bien Jean-Luc Mélenchon veut mettre fin à cette aide et réserver l’argent public aux financements des établissements publics.

Mélenchon propose aussi d’augmenter le salaire des enseignants notamment ceux des écoles primaires. L’objectif étant de valoriser le métier et les écoles publiques.

Benoît Hamon, candidat du Parti socialiste

L’autre principal candidat à gauche, c’est le candidat issu du Parti Socialiste (PS), il s’agit de Benoît Hamon. Lui aussi, il propose la création de nouveaux postes d’enseignants un peu moins de Mélenchon, puisque lui c’est près de 40 milles profs d’ici 2022 mais toujours avec le même objectif principal, moins d’élèves par classe. Enfin, Hamon pense que l’inégalité à l’école passe par l’inégalité par rapport aux devoirs à faire à la maison et le soutien dont peuvent bénéficier les élèves chez eux. C’est pourquoi il propose un service public de l’aide aux devoirs avec des heures gratuites pour tous les élèves suivies par les professeurs.

Emmanuel Macron, candidat En Marche !

En passe désormais à Emmanuel Macron, le candidat de son propre mouvement En marche !. La priorité dans son programme est claire, concentrer les efforts dans les écoles primaires car selon lui à ce moment que l’inégalité se crée avec comme déterminent « l’origine sociale ». Pour faire simple, la réforme des rythmes scolaires de François Hollande, celle qui a fait passer les écoles primaires de 4 jours à 4 jours et demi avec des cours soit le mercredi matin soit le samedi matin, est loin d’être l’idéale pour lui. Emmanuel Macron propose de permettre au Maire de chaque commune de fixer l’emploi du temps de ses élèves. Lui aussi souhaite créer plus de postes d’enseignants et réintroduire les classes primaires qui ont été éliminées auparavant par la réforme de François Hollande. La cerise sur le gâteau, Macron n’est pas du tout fun du baccalauréat et souhaite et de l’idée de passer un examen résumant toutes les années du lycée, c’est la raison pour laquelle il souhaite réduire le bac à 4 épreuves avec un contrôle continu qui validerait les autres matières.

François Fillon, candidat Les Républicains

A droite on a François Fillon, le candidat des Républicains. Pour le collège, Fillon souhaite allonger le temps scolaire aux élèves pour permettre aux professeurs de finir leurs programmes ce qui veut dire que les examens du Brevet auront lieu en mois de juillet. Enfin, est c’est peut-être la proposition qui le distingue le plus de ses concurrents, Fillon est tout simplement favorable au port de l’uniforme dans les écoles.

Marine Le Pen, candidate du Front National

Passons désormais à Marine Le Pen qui propose de concentrer les efforts de l’école à l’enseignement du français en accordant 50% du temps au français en primaire. Aussi, elle veut mettre fin au collège unique, et de proposer plusieurs filières aux collégiens. Enfin, tout comme Mélenchon et Fillon, Marine Le Pen est opposée à la réforme des rythmes scolaires et désire tout remettre sur la table.